PL EN


2015 | 20 | 92-107
Article title

Artistes/copistes

Authors
Content
Title variants
Languages of publication
FR
Abstracts
EN
ARTIST – COPYIST Simon Hantai, Allen Ruppersberg, Bruno Di Rosa, Gérard Collin-Thiébaut, Sherrie Levine copied the Bible, philosophical and literary texts, (Walden, Henry David Thoreau, Flaubert’s Madame Bovary, Journal Amiel ...). Following existing texts, these artists work looks like ‘banal, humble and mindless’ copyist work. Although in some cases copying is part of the painting – as in Peinture (Écriture rose) by Simon Hantai – produced mostly with a ballpoint pen on plain paper – as if the artists wanted to emphasize the trivial, time-consuming and monotonous nature of his/her effort and evoke the atmosphere of the school classroom of distant times. Allen Ruppersberg and Bruno Di Rosa indeed refer to school experience, when they declare that rewriting allowed them to ‘learn how to write’, just as copying masters allow beginners to learn to paint. But while copying allows us to establish organic relationship with the text, then the process of copying the text is not about maintaining certain tradition: it is rather about the role that language plays in the field of visual arts starting from the sixties. It contributes to the revaluation of values usually connected with art-pieces, such as originality, expression of subjectivity, etc. In numerous comments provoked by the copyist who appears in literature (Bouvard et Pécuchet, Bartleby ...), there is a subversive nature of this labor-intensive and mechanical actions – when it is practiced in art. Copying is a long-term job; successive lines of letters fill the pages of notebooks, creating a ‘full-bodied’ art-piece in the literal sense of the word. The quantitative aspect is carried out in various ways. If the point is to visualize the copy of an entire novel, and in order to embed the importance of work for systematic and ‘mandatory’ implementation, or in order to reach make more opportunity than necessity – copying allows us to experience the passage of time: the time that is spent on this completely anachronistic act ; time spent without any justification.
Year
Volume
20
Pages
92-107
Physical description
Dates
published
2015-11-05
Contributors
References
  • 1 Simon Hantaï, lettre à Jean-Luc Nancy 28 nov.-17 déc. 1999 ; dans Simon Hantaï, Jacques Derrida, Jean-Luc Nancy, La Connaissance des textes : lecture d’un manuscrit illisible : correspondances, Paris, Galilée, collection Ecritures/Figures, 2001, p. 95. 2 Simon Hantaï, Peinture (Écriture rose), 1958–59, encres noire, violette, rouge, verte, feuilles d’or sur toile de lin fine, deux morceaux cousus, 329,5 × 424,5 cm, Paris, Musée national d’art moderne – Centre Pompidou. 3 Allen Ruppersberg cité par Allan Mc Collum dans « Allen Ruppersberg : What One Loves About Life Are Things That Fade », http://allanmccollum.net/ amcimages/al.html, consulté le 29 septembre 2015. Publié initialement dans Al Ruppersberg : Books, Inc, Frac Limousin, 1999. 4 La copie de l’œuvre de Wilde est réalisée au stylo, sur vingt toiles tendues sur châssis (183 x 183 cm chaque) ; celle de Thoreau, intitulée Henry David Thoreau’s Walden by Allen Ruppersberg est elle produite sur quelques centaines de feuilles de papier machine. http://allanmccollum.net/amcimages/al.html consulté le 29 septembre 215. 5 Allen Ruppersberg, entretien avec Frédéric Paul, http://www.margoleavingallery.com/assets/uploaded/articles/paul_interview_.pdf p.16, consulté le 29 septembre 2015, publié dans Allen Ruppersberg : Books, Inc., op. cit. 6 Allen Ruppersberg, interview avec Frédéric Paul, op. cit, p. 16–17. 7 Bruno Di Rosa, Madame Bovary, 1985 et 2008, © Collection du macLYON (1985) et Collection de l’artiste (2008) 8 Bruno Di Rosa, Le Roman de la rose, co-édition Incertain sens/Frac Bretagne, 2012. 9 Le Carnet bleu consiste en l’écriture d’une page par jour sur un carnet de format 17 x 11 cm à petits carreaux. Chaque page commence par le mot qui conclut la page de la veille. Le Carnet bleu comporte actuellement 56 carnets.En 2005, les éditions Incertain sens ont publié le 31ème carnet en deux volumes :un fac-similé du manuscrit et la version dactylographiée du texte 10 Bruno Di Rosa, http://ddab.org/fr/oeuvres/Di_Rosa, consulté le 29septembre 2015. 11 Charles Dickens, David Copperfield, 1849–50 12 Nicolas Gogol, Le Manteau, 1843. 13 Robert Walser, Les Enfants Tanner, 1907. 14 Fiodor Dostoïevski, Les Pauvres gens, 1846. 15 Cyril Piroux, Le Roman de l’employé de bureau ou l’art de faire un livre sur (presque) rien, Dijon, Presses Universitaires de Dijon, collection Ecritures, 2015. 16 Ibid., p. 56 17 Ibid., p. 44 18 Ibid., p. 122 19 « Je sais bien que je n’accomplis pas une grande œuvre en faisant des écritures ; pourtant j’en suis fier : je travaille à la sueur de mon front. Quel mal y a-t-il à cela ? Est-ce un péché ? “Il fait des écritures ! Ce rat de ministère fait des écritures !” Voilà ce qu’on dit. Qu’y a-t-il de si malhonnête là-dedans ? Une écriture bien lisible, élégante etagréable à regarder et son Excellence est satisfaite… Je n’ai pas de style ; je sais bien qu’il me fait défaut, le maudit ; c’est pour cela que je ne suis pas monté en grade et qu’aujourd’hui, ma chérie, je vous écris tout uniment, sans enjolivures, ce que j’ai sur le cœur, tel quel… Je sais tout cela ; et d’ailleurs, si tous se mettaient à écrire, qui est-ce qui recopierait ? », Fiodor Dostoïevski, Les pauvres gens. 20 « - Pas de réflexion ! copions ! Il faut que la page s’emplisse, que « le monument » se complète – égalité de tout, du bien et du mal, du Beau et du laid, del’insignifiant et du caractéristique. » Gustave Flaubert, Bouvard et Pécuchet,Paris, Gallimard, coll. Folio, 1979, p. 443. 21 http://flaubert.revues.org/1808, consulté le 29 septembre 2015. 22 Pour l’étude de la genèse de ce matériau voir Stéphanie Dord-Crouslé, « Notes de lecture et édition du « second volume » de Bouvard et Pécuchet : configurations complexes de l’inachèvement », mis en ligne le 03 décembre 2012, http://flaubert.revues.org/1808, consulté le 30 aout 2015. 23 Gustave Flaubert dans une lettre à Mme Roger des Genettes : « l’histoire de ces deux bonshommes qui copient, une espèce d’encyclopédie en farce » (19 août 1872). 24 Gisèle Berkman, L’Effet Bartleby : philosophes lecteurs, Paris, Herman, coll.Fictions pensantes, 2011, p. 16. 25 Herman Melville, Bartleby, traduit par Michèle Causse, Paris, Flammarion, 1989, p. 19. 26 Maurice Blanchot, L’Écriture du désastre,Paris, Gallimard, 1980, p. 33–34 . 27 Herman Melville, Bartleby, op. cit., p. 19 28 Maurice Blanchot, L’Écriture du désastre,op. cit. 29 Maurice Blanchot, Le Livre à venir, Paris, Gallimard, coll. Folio Essais, 1959, p.282. (Blanchot évoque ici Le Degré zéro de l’écriture de Barthes) 30 Ce texte de Sherrie Levine, qui reprend donc des passages de celui de Roland Barthes de 1968, est intitulé « Déclaration » ; il a été publié en mars1982 dans le magazine Style, Vancouver qui a servi de catalogue à l’exposition Le Maniérisme : une théorie de la culture, Vancouver Art Gallery, mars-avril 1982. 31 Il ne s’agit pas d’une copie manuscrite. Sherrie Levine a repris l’intégralité de l’œuvre de Flaubert sous forme dactylographiée. Sherrie Levine, Flaubert. Un cœur simple, Gand, 1991, 21 x 15 cm, broché, 50 exemplaires numérotés et signés. 32 Allen Ruppersberg, entretien avec Daniel Levine, http://www.jca-online. com/ruppersberg.html, consulté le 29 septembre 2015. 33 Copie réalisée au stylo plume Pelikan 180 750 FF, à l’encre Pelikan 4001, noir brillant sur des cahiers 17 x 22 cm (100 pages agrafées, couverture cartonnée bleu outremer). 34 Voir le site de l’artiste : http://www.amiel.org/mamco.htm, consulté le 29 septembre 2015. 35 Simon Hantaï, Jacques Derrida, Jean-Luc Nancy, La Connaissance des textes : lecture d’un manuscrit illisible : correspondances, op. cit. 36 Jacques Derrida, Donner le temps, 1. La fausse monnaie, Paris Galilée, coll. La philosophie en effet, 1991. Le passage choisi par Hantaï se trouve p. 203–206. 37 Jacques Derrida aborde la notion de don en considérant la relation qu’il entretient avec le temps, l’incompatibilité qui semble exister entre le don et le présent (le fait d’avoir l’intention ou la conscience de donner).
Document Type
Publication order reference
Identifiers
ISSN
1733-1528
YADDA identifier
bwmeta1.element.desklight-59f6e925-298c-4b06-a3fd-a3b9752264a1
JavaScript is turned off in your web browser. Turn it on to take full advantage of this site, then refresh the page.