PL EN


1966 | 1 | 7-19
Article title

Projektowana sieć parków etnograficznych województwa krakowskiego

Content
Title variants
FR
PROJET CONCERNANT LE RESEAU DES PARCS ETHNOGRAPHIQUES DANS LA VOIEVODIE DE CRACOVIE
Languages of publication
PL
Abstracts
FR
Le problème de la protection de l’architecture régionale en voie de destruction, envisagée en tant qu’exposition scientifique et didactique, dans le cadre des activités culturelles, sociales et économiques, s’avère d ’une grande actualité en Pologne, vu les changements rapides qui surviennent dans la vie de nos villages et dont découle la nécessité pressante d’une activité hien raisonnée, reposant sur de solides bases scientifiques et économiques. La création d’un parc ethnographique à base d’une documentation scientifique et selon les principes généralement admis dans la muséologie contemporaine demande la coopération d’un groupe d’experts dont les membres appartiendraient à diverses branches de la science, notamment à: l’ethnographie, la conservation, l’a rchitecture etc. Pour les raisons susdites il semble bon d’envisager la filiation des parcs ethnographiques avec les institutions et postes scientifiques déjà existantes, qui pourraient leur garantir un contrôle méritorique et une aide administrative au moins à l’orée de leur existence. Les fonds investis dont le chiffre est relativement élevé dans les entreprises de ce genre, seraient couverts, dans une certaine mesure, après une période assez courte des débuts, par le prix des billets d ’entrée. Néanmoins, il semble nécessaire de postuler l’avancement des fonds par des organismes centraux et des conseils nationaux du terroir. Surtout on pourrait recommander aux conseils municipaux et aux conseils des voïevodies, dans les centres culturels importants d’investir en commun les fonds nécessaires pour la création des parcs ethnographiques. L’organisation des grands parcs ethnographiques à l’échelle de la voïevodie ou d ’un groupe de voïevodies ne devrait ni exclure ni enrayer la création des parcs ethnographiques plus modestes, portant sur une seule région. Il faut aussi dire que les parcs ethnographiques de moindre importance inspirés par le terroir dépassent par leur valeur didactique, sociale et touristique les grands ensembles, étant donné leur plus grande accessibilité e t leurs liens plus étroits avec le terroir qu’ils représentent. Leur organisation est moins coûteuse, donc leur réalisation plus rapide, ce qui augmente la valeur de ce genre d’entreprises. En parlant des musées régionaux il ne nous est pas permis de négliger le problème des ensembles architecturaux de valeur historique, conservés „in s itu ”. Ce sont de petites bourgades ou des ensembles d’architecture rurale qui constituent des réserves uniques dans leur genre même à l’échelle européenne. Dans leur éta t actuel, ils ne répondent ni aux conditions sanitaires requises par la population ni à celles de la vie culturelle. Ils .ne peuvent plus continuer à servir d’habitation sans être soumis à des remaniements intérieurs substantiels. Par contre, après des travaux de restauration et d’adaptation aux buts muséologiques envisagés, ils peuvent constituer l’un des plus grands attraits touristiques du pays. Une autre forme de la protection de l’architecture e t de la culture populaire se révèle dans la conception des aménagements d’intérieurs, dites „izba”, dans les maisons paysannes les plus pittoresques, gravées de caractères historiques. Cette „izba”, pourvue de tous les objets d’art et vestiges de la culture matérielle issue du terroir, aura une grande importance tant au point de vue didactique que pour l’inspiration qu’elle fera naître chez les habitants de la localité tout en leur apprenant le respêct de leur patrimoine culturel. L’article présent expose le projet du réseau des parcs ethnographiques, des réserves e t des aménagements d’intérieurs folcloriques, à base des considérations susmentionnées, dans la voïevodie de Cracovie. I. Parc ethnographique de la voïevodie, localisé à Cracovie, touchant à tous les problèmes de la région cracovienne et prenant compte en premier lieu des proches alentours de Cracovie. II. Les parcs ethnographiques devraient faire valoir les particularités culturelles de chaque région, la spécifique de son paysage, en eormexité avec les autres postes muséologiques déjà existants. Le projet envisage les parcs ethnographiques dans les régions suivantes: Podhale (région de Zakopane), terroir de Czorsztyn — Spisz, menacé actuellement par la construction du barrage de l’usine hydraulique (Łopuszna, Niedzica), terroir de Orawa où il ne serait question que d’un agrandissement du parc ethnographique de Zubrzyca Górna; Gorce, Nowy Sącz et ses alentours, Żywiec, la Jura Cracovienne (près de Ojców), la région vistulienne de Cracovie (près de Zator e t du château Lipowiec). III. Il y a des régions où la „izba” régionale a été déjà crée, d’autres pourraient l’avoir en profitant dans les villages des maisons paysannes les plus anciennes et les plus intéressantes. Toutefois il faudrait envisager la possibilité de les inclure dans le cadre des institutions culturelles de la commune, telles que bibliothèques, salles communes, etc. IV. Les réserves des sites urbains et ruraux concerneraient plusieurs ensembles pourvus de valeurs architectoniques frappantes dans le cadre attrayant d’un beau paysage. Les petites localités somnolentes à cause du manque d’un facteur qui leur donnerait la possibilité de se développer rapidement, sont menacées de se vider peu à peu de leur population et de tomber en ruine. Leur réanimation est possible si l’on tirait parti de ces réserves pour des buts touristiques ou récréatifs. L’architecture historique en bois, ayant subi les réparations nécessaires et dotée d'un équipement nouveau, constituerait un aimant pour les touristes, amateurs du camping, du pittoresque et de la beauté, du repos dans des lieux spécifiques pour notre pays. Ceci concerne surtout les petites localités qui possèdent une architecture historique des plus frappantes: Lanckorona, Ciężkowice, Lipnica Murowana, le village de Chochołów. Le projet de la protection de l’architecture populaire sur le territoire de la voïevodie de Cracovie ne peut être réalisé qu’à l’issue d’un commun effort des autorités locales et des institutions compétentes. Il a sa raison d’être aussi bien au point de vue scientifique qu’au point de vue social car les causes et les buts poursuivis par la sauvegarde de la culture populaire, ’en tant que patrimoine national, trouvent une compréhension de plus en plus active dans notre société.
Year
Issue
1
Pages
7-19
Physical description
Dates
published
1966
Contributors
  • dr, Główny Konserwator Zabytków województwa krakowskiego
References
Document Type
Publication order reference
Identifiers
YADDA identifier
bwmeta1.element.desklight-823c11fa-2bf4-4f39-a8d4-f5c7ad06eb36
JavaScript is turned off in your web browser. Turn it on to take full advantage of this site, then refresh the page.