PL EN


1996 | 57 |
Article title

O szwedzki alians. Karla z dziejów stosunków politycznych pomiędzy Sztokholmem a Warszawą w dobie Sejmu Czteroletniego

Content
Title variants
PL
En vue de l’alliance suédoise. Un fragment des relations politiques entre Stockholm et Varsovie durant la Diète de 4 ans
Languages of publication
Abstracts
FR
Cet article se base sur les études de plusieurs années concernant les relations polono-suédoises à l’époque de Stanisław August Poniatowski. Il traite les questions sans doute les plus intéressants de la II-éme moitié du XV1I1 siecle, quand les changements politiques obligèrent aussi bien Stockholm que Varsovie à chercher un accord avec un voisin d’outre mer. L’intérêt croissant de la Suède par rapport à la République de Pologne s’exprima par la venue à Varsovie de Lars von Engestrom et ses démarches dans le but d’envoyer à Stockholm une délégation diplomatique de Jerzy Michał Potocki. Les difficultés rencontrées par le roi suédois Gustave III dans la guerre avec la Russie, firent recommencer les négociations en vue de signer un traité d’alliance avec la Pologne. Tout de même il faut souligner que les pourparlers polono-suédois dépendaient des négociations analogues menées par les deux états avec les représentants de l’alliance antirusse et antisuédoise de Londres, de la Haie et de Berlin. Les pourparlers polono-suédois entamés juste avant de mettre fin aux négociations polono-prussiennes duraient longtemps et dépendaient en grosse partie des changements au niveau international. La Convention prusso-autrichienne de Reichenbach (27 VII 1790) qui supprimaient tout espoir des militants de la Diète de 4 ans de rendre les relations avec la Prusse antiautrichienne, ouvrit le chemin à l’alliance avec la Suède laquelle restait en guerre avec la Russie. Malheureusement avant que les démarches polonaises n’aient pris les formes bien concrètes, Gustave III finit la guerre avec la Russie par la paix à Va-ra-Ia (le 14 VIII 1790). Vu cela, les négociations polono-suédoises firent arrêtées pour plusieurs mois. Les mauvaises nouvelles de Reichenbach et Varala restèrent sans doute à l’origine de l’attitude trop rigide des militants de la Diète de 4 ans s’il s’agait de leur politique étrangère. Déjà au début du mois de septembre 1790, ils décidèrent d’abandonner la politique visant contre la Russie (dont le cours fut décidé début août). Après les premières émotions causées par l'attitude suédoise (ceux-là renoncèrent à leur politique d’une large participation à la coalition antirusse) au début du mois de novembre 1790 à Varsovie reprirent les négociations polono-suédoises, pourtant suspendues après quelques conférences. La cour de Stockholm se désintéressait de plus en plus au traité ayant pour but d’acquérir la couronne polonaise pour Gustave III. Malgré le manque d’appui en Pologne pour sa candidature et malgré l’attitude négative du diplomate suédois à Varsovie, Lars von Engestrom, la conception en question était fort appuyée par le ministère suédois durant plusieurs mois. Pourtant tout en se concentrant sur la succession, Gustave III se fit décourager par le projet du traité avec la Pologne et rompit les pourparlers en mars 1791.
Keywords
Year
Volume
57
Physical description
Dates
published
1996
References
Document Type
Publication order reference
Identifiers
URI
http://hdl.handle.net/11089/13254
YADDA identifier
bwmeta1.element.hdl_11089_13254
JavaScript is turned off in your web browser. Turn it on to take full advantage of this site, then refresh the page.