PL EN


1991 | 42 |
Article title

Inicjatywy polskie w pierwszym etapie prac Komisji Przygotowawczej do Konferencji Rozbrojeniowej (grudzień 1925—kwiecień 1927)

Authors
Content
Title variants
PL
Initiatives polonaises dans la I-ère étape des travaux de la Commission Préparatoire de la Conférence du Désarmement (décembre 1925—avril 1927)
Languages of publication
Abstracts
FR
L'ouvortnre des débats de la Commission Préparatoire a eu lieu dans la période très difficile peur la II-éme République. Les événements du mois de mai ont du avoir l'influence sur la direction de la politique étrangère. La déclaration publique de J. Piłsudski el surtout l'exposé à la diétte du ministre des affaires étrangères démonstrent l'importance attachée par Varsovie à l'arrangement pacifique des relations en Europe. Car le dernier a souligné que "l’État qui tend le plus à la paix c’est la Pologne qui (doit se reconstituer non seulement après les guerres de la dernière décennale mais aussi après l'esclavage séculaire et partages". Toutes les actions au lorum de la Société des Nations dans la 1-ère période de son activité ont été déterminées d’une port par le status irrésolu des voisins et l'activité 'improductive de la Commission du Contrôle et de l'autre par la thèse d’une défavorable position géopolitique et la né cessité de la défense du statlis quo post Versailles. Ces facteurs ainssi que l’observations de la réalité après la guerre ont encouragé le gouvernement polonais à la resèrve face aux essais de la solution radicale des questions du désarmement. Dans les cercles diplomatiques et militaires l’on voy a it le progrès uniquement comme suite de l'atmosphère de confiance. D'où I appuy de la thèse que „les résultats môme modestes des travaux de la Commission Préparatoire de la Conférence du Désarmemnt vont calmer l'opinion publique dans un monde entier et les gouvernements vont se mettre volontiers à la signature des accords". Juste pour celte raison on a proposé à Genève d'abord la conception des accords régionaux, alors la version territoriale limitée du Protocole de Genève ou l’on a arrêté et aprè. le projet de la „clause russe". Celle-ci dispensait les États voisins de l'Union Soviétique du devoir de suivre les accords éventuels jusqu'à ce qui ils soient signés par Moscu. On peut attribuer le caractère pareil aux efforts pour la mise dans l’acte final de la Commission Préparatoire d'une autre clause qui aurait donné à la Pologne et républiques baltes le droit de ne pas publier les coordonnées concernant le commerce des armes avant l'acceptation par l’Union Soviétique de la convention sur la limitation du commerce des armes, munitions et moyens de guerre. Cela été élaboré encore en juin 1925. L'absence de l'Union Soviétique parmi les pays signataires — d'après l’expert militaire Adam Stebłowski „constituait une lacune dans l'union de futurs signataires d’une nouvelle convention sur la regulation du commerce des armes". Enfin, vu la propagande et les buts économiques (faiblesse de propre industrie chimique) on rédamait d'une façon conséquente la sanction juridique de l’interdiction des armes chimiques et bactériologique. Il résulte de ce qui précède que l'activité de la diplomatie de la II-ème République au forum de la Commission Préparatoire de la Conférence du Désarmement doit être conçue comme l’ensemble des facteurs extérieurs et intérieurs du pays en voie de sa réconstitution après 120 ans d’esclavage.
Keywords
Year
Volume
42
Physical description
Dates
published
1991
References
Document Type
Publication order reference
Identifiers
URI
http://hdl.handle.net/11089/14997
YADDA identifier
bwmeta1.element.hdl_11089_14997
JavaScript is turned off in your web browser. Turn it on to take full advantage of this site, then refresh the page.