PL EN


2017 | 12 | 31-46
Article title

De la « mère porteuse » à la « GPA » : vers un contournement du tabou

Content
Title variants
EN
From “surrogate mother” to “surrogacy”: Towards a euphemistic omission of the taboo word
Languages of publication
FR
Abstracts
EN
Recent scientific developments and changes in mentality in the last few decades have caused a change and redefinition of the traditional notion of family, and hence an evolution of assisted reproduction treatments. One of these rising methods is surrogacy or “surrogate mother”, an issue as controversial as it is taboo, around which there is a heated debate on whether or not it should be legalized, as it raises ethical and moral problems. This situation is also clearly reflected in the linguistic domain. While such a procedure is widely known as “surrogate mother”, other names come up, with a clear euphemistic aim, to facilitate disguise and social acceptance. Thus, aware of the power of language, less aggressive terms emerge, such as surrogacy, which seem to dignify others like surrogate mother. In this paper we will analyze all these euphemisms and their different associations, as the choice of one or the other term responds to a very conscious desire of the user.
FR
Les avancées scientifiques et les changements opérés dans les dernières décennies au niveau des moeurs ont conduit à une modification et une redéfinition du concept traditionnel de famille, et partant à une évolution des techniques de reproduction assistée. L’une d’elles en plein essor est la gestation pour autrui (GPA) ou « mère porteuse ». Un sujet aussi polémique que tabou autour duquel persiste un vif débat sur la convenance d’une régularisation de la pratique, compte tenu des enjeux éthiques et moraux qu’elle soulève. Et cela trouve écho dans la langue. Familièrement connue sous le nom de « mère porteuse », la technique reçoit d’autres dénominations, fruit d’un travail d’euphémisation consistant à masquer le désagréable et faciliter l’acceptation sociale. Ainsi, rendant compte de la puissance du langage, émergent des expressions moins crues comme maternité de substitution ou spécialement gestation pour autrui qui dissimulent, sous des formes plus convenables, la réalité des mères porteuses. Nous tenterons d’analyser ce processus d’euphémisation et les représentations mobilisées, dans le sens où les termes et expressions employés relèvent d’une motivation ou d’un désir conscient de l’individu qui en fait usage.
Year
Issue
12
Pages
31-46
Physical description
Dates
published
2018-05-22
Contributors
References
Document Type
Publication order reference
Identifiers
YADDA identifier
bwmeta1.element.ojs-doi-10_18778_1505-9065_12_04
JavaScript is turned off in your web browser. Turn it on to take full advantage of this site, then refresh the page.